Le Domaine du Ry d'Argent présent en grande distribution

Ce qui semble une première pour un viticulteur belge...Pour Jean-François Baele, il faut professionnaliser le secteur viticole belge (mécanisation, stockage, accessibilité, respect des normes, etc). Pour lui, rentrer dans la grande distribution, c'est pour rendre ses vins belges accessibles à un maximum de personnes.
 

En avant pour la grande distribution

1. 2009 est l'année charnière pour ce jeune viticulteur

Celle où il va faire son entrée dans la grande distribution. Ce qui semble une première pour un viticulteur belge. « Dès le début de ma démarche, j'ai voulu intégrer cette donnée. Il faut professionnaliser le secteur. Le nouveau hall, le stockage sur palettes, l'accessibilité pour les camions : tout a été prévu et répond aux normes ad hoc. » Pour convaincre ce grand distributeur, cela n'a pas été très difficile. « Mais maintenant, c'est la phase administrative. C'est nettement plus lourd. » Pourquoi la grande distribution ? « Pour rendre mes produits accessibles à un maximum de personnes. Tout le monde n'a pas une voiture et n'habite pas dans la région. » Mais les 34 000 bouteilles qui composent les stocks ne partiront pas toutes dans les rayons des grands magasins. « Je dois garder des bouteilles pour mes clients habituels. »

2. Projets

Avec la bénédiction de ses parents, les vaches ont donc quitté les étables. « Là, on pourrait y aménager des gîtes ou des chambres d'hôtes ainsi que le petit magasin qui est actuellement dans la cuverie. Le tout avec terrasse et vue sur le vignoble. Ça devrait marcher, non ? » Mais de répéter aussi qu'il est parti avec un avantage non négligeable : celui d'avoir ses parents derrière lui et les terrains. Qui plus est magnifiquement situé : « On ne peut pas faire du vin n'importe où. »

3. Maître chez lui

« Avec le vin, je suis maître de ce que je fais. Pas de quota et c'est moi qui fixe les prix que je ne veux pas trop élevé (entre 6.5€ et 10€). »

4. Avec les gens

« Ce qui est fantastique avec un vignoble, c'est qu'on retrouve le contact avec les gens qu'on avait perdu avec la ferme. Avec la ferme, on se met en plus les gens à dos parce qu'on fait du bruit, de la poussière... »

5. Reconversion

« Quand je vois comment le secteur agricole se porte, je pense avoir bien fait de me reconvertir. Le vin est plus rentable que le lait. D'autant plus que j'ai tout imaginé pour mécaniser au maximum. » Même le palissage. Ainsi, à part pour les vendanges, tout est une affaire familiale. Sans oublier qu'il y a encore les cultures classiques et que Jean-François travaille à 80 % à l'extérieur. « Je ne dors pas beaucoup mais à terme je me consacrerai entièrement au vin. » Avec d'éventuels projets d'expansion.

6. Histoire de nom

Le Domaine du Ry d'Argent tire son nom du ruisseau qui coule au pied du vignoble. Parmi les 6 vins proposés, 1 blanc, 1 rosé et 4 rouges : La Ronce, Le Boiser, La Rivière, La Source.
Domaine du Ry d'Argent, rue de la Distillerie, 51 à Bovesse (La Bruyère) : 081/56 65 45